Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 mai 2019 7 26 /05 /mai /2019 21:11

Depuis des semaines, nos médias et nos politiciens nous rebattaient les oreilles avec l’élection des figurants (souvent des « recalés » du suffrage universel dans leurs pays ou, dans le nôtre, des jeunes sans doute plein d’avenir, désignés par les partis pour faire leurs  premières armes dans la vie politique) au « parlement » européen. La plupart de ces médias et politiciens, adeptes de la religion européiste ou/et au service du système mondialisé qui entend briser les nations et transformer les citoyens en consommateurs interchangeables d’un « territoire » (remplaçant les bons vieux « pays ») à l’autre (c’est dans cet esprit qu’on fait circuler des « travailleurs détachés », l’un des scandales de l’UE), ont souligné à qui mieux mieux l’ « enjeu historique» du scrutin (il fallait barrer la route aux méchants « populistes ») et l’importance capitale (désormais à leurs yeux supérieure aux vrais parlements, les nationaux) de ce « machin » coûteux qu’ils baptisent « parlement » (un vrai parlement représente le peuple dans un Etat ; or l’Union européenne n’est pas un Etat et ses habitants ne forment pas une nation). Ils ont pourtant oublié (ou alors ils n’en tiennent pas compte, ce qui est encore pire) que les peuples ne se sentent pas concernés par cette mascarade qu’est la « construction » européenne, œuvre de technocrates au profit de politiciens au service du système. En dépit de la propagande éhontée qui les abreuve, les Européens (c’est-à-dire les habitants du continent) sont étrangers à la machine bruxelloise à laquelle d’ailleurs ils ne comprennent pas grand-chose. C’est pourquoi à peine la moitié se sont dérangés pour voter et ceux qui l’ont fait ne l’ont fait, dans leur écrasante majorité, qu’en fonction de considérations politiques nationales, se souciant comme d’une guigne de ce qu’il adviendra de ce soit disant « parlement ».

1/ Vu ce qui précède, ce nouveau « parlement » « élu » ne mérite pas de commentaire particulier. Compte tenu du faible taux de participation, il ne constitue même pas un sondage d’opinion en grandeur réelle tant l’ « échantillon » n’est pas représentatif. Je me contenterai de me féliciter de la « montée » dans ce « parlement » du « populisme » « eurosceptique », comme on dit (terme, au demeurant absurde : l’Europe est une réalité géographique ; peut-on être sceptique vis-à-vis d’une réalité ? Réalité, j’ajoute, qui n’a rien à voir avec l’UE : personnellement, je me sens très Européen, parce qu’il y a, de l’Atlantique à l’Oural, et au-delà, une communauté de civilisation : dans le même temps, je souhaite qu’on mette fin à cette « Union européenne » qui ne sert à rien et qui est même nuisible pour le continent et ses peuples). Cette assemblée a très peu de pouvoirs mais, avec le peu qu’elle  a, si elle peut bloquer l’œuvre néfaste de la Commission (avant qu’on supprime celle-ci), ce ne sera pas plus mal.

2/ L’ «enjeu » en France était de sanctionner ou non Macron. C’est fait : en arrivant en tête, la liste du Rassemblement National de Marine Le Pen concrétise cette sanction. Je m’en félicite tout en gardant la tête froide. Fondamentalement ce vote-sanction a peu de signification : Marine Le Pen est loin d’être aux portes du pouvoir !

3/ Je regrette que la liste de Debout la France n’atteigne pas les 5% qui lui aurait permis d’envoyer des représentants au « parlement » européenne. Nombre de ses soutiens ont préféré voter « utile » en votant Le Pen. Je les comprends.

Je regrette aussi que les listes de François Asselineau et de Florian Philippot aient, comme celle de Dupont Aignan, souffert du vote utile. Ce sont des personnalités de qualité qui ont beaucoup de choses intelligentes à dire. Mais pourquoi se sont-ils obstinés à se lancer dans cette galère ? Ils auraient été bien plus utiles en rejoignant la liste du RN ou celle de DLF.

4/ Le mouvement des « gilets jaunes » a indirectement pesé sur le vote de ce jour. S’il a permis de « gonfler » le vote Rassemblement National, tant mieux. J’ai beaucoup de sympathie pour tous ceux qui ont passé du temps sur les ronds-points et qui défilent, dans le danger de la répression policière, tous les samedis depuis six mois. Cela a été utile et le reste. Mais cela ne saurait suffire : un prolongement politique est nécessaire ; être « gilet jaune », cela ne doit pas empêcher de voter ; au contraire, cela devrait inciter à le faire.

5/ Dans chaque pays, les votes ont reflété, plus ou moins (quand il n’y a que 15% de participation, comme par exemple en Tchéquie, cela reflète rien du tout), les rapports de force internes.

A cet égard, je me félicite de la victoire de la liste « Brexit » en Grande Bretagne, victoire cocasse et absurde, d’ailleurs, quand on sait que, le Royaume-Uni quittant l’UE, les élus britanniques au « parlement » européen ne siègeront pas.

Je me félicite aussi de celle des patriotes « populistes » d’Italie, de Hongrie (la liste Orban a la majorité absolue), de Pologne et d’ailleurs. Salvini ou Orban nous montrent la voie à suivre. Merci. 

En Espagne, la victoire des listes indépendantistes à Barcelone (on votait aussi en Espagne pour les municipales et certains parlements de Communautés Autonomes) me fait chaud au cœur. Manuel Valls, ancien premier ministre de Hollande, s’est ridiculisé en se présentant à l’élection de la capitale catalane aux côtés de la droite anti-indépendantiste. Ce personnage opportuniste qui se gargarisait du mot « république » lorsqu’il était à Matignon fait désormais campagne pour l’intégrité du « royaume » d’Espagne. Lamentable ! Aux poubelles de l’histoire, tant de la France que de la Catalogne. Il ne méritait même pas les cinq lignes que je lui ai consacrées.

XXX

Comme on disait autrefois « ce n’est qu’un début, continuons le combat ». Les peuples européens ne sont pas encore libres. Ils commencent à se libérer dans leur tête, préalable à la libération continentale./.

Yves Barelli

Partager cet article
Repost0

commentaires

Recherche